Archive dans juin 2019

L’Estartit 2019

Le voyage

Comme tous les deux ans depuis une vingtaine d’années, le voyage club se déroule en Espagne à l’Estartit.

C’est ainsi que samedi 8 juin, 7 h trente tapantes, 30 aquasportifs et sportives ainsi 5 accompagnateurs se retrouvaient dans un car confortable. Heureusement qu’il l’était, les bouchons du weekend de Pentecôte nous ont permis d’y passer plus de 12h… l’excellente ambiance nous fait paraître le temps beaucoup moins long.

Vers 20h, nous arrivons à l’hôtel Panorama que, pour beaucoup, nous retrouvons comme nous l’avons laissé ; toujours aussi sympa, ses grandes chambres, son buffet, son bar…

Sous l’eau

Après une nuit réparatrice, ce fut le premier d’une série de petits-déjeuners copieux où les associations boudin, merguez, œuf et lard étaient courantes. Ensuite, nous avons transféré le contenu de nos sacs de plongée dans des caisses numérotées et en route pour la plongée n°1/10.

Nous avons plongé sur la côte et sur les îles Medes. Si ces dernières sont plus riches en faune, l’effet réserve naturelle se fait bien sentir le long de la côte. De l’avis unanime, toutes les plongées étaient intéressantes. Les plus courageux ont pu faire une plongée de plus. Les absents ont eu tort, ce fut l’une des plus belles sorties du séjour. Les barracudas et les mérous chassaient un ban de sardines, le spectacle était géant.

Le luxe…

Pour ceux qui ne connaissent pas, un petit déroulé d’une plongée type :

A l’heure du rendez-vous, nous nous retrouvons au pied de l’hôtel. Nous récupérons nos combinaisons sèches dans le local de rinçage/séchage où elles nous attendent. Nous chargeons nos caisses de matériel dans le camion et ensuite, un petit km pour retrouver le bateau, récupérer les caisses, les blocs et les charger à bord. C’est le départ vers le site de plongée. Une fois sur place, Jordi nous fait un briefing détaillé. On s’immerge, on se promène et on revient au bateau. Une fois arrivé, deux par deux, il suffit de se positionner sur l’ascenseur, de se cramponner et de se laisser remonter à bord. Et là, cerise sur le gâteau, vous avancez votre palme, Jordi, vous l’enlève, fait la même chose pour la seconde et vous les donne, pas besoin de se baisser, le grand luxe ! Ensuite, retour à terre, chargement des caisses et des blocs dans le camion, retour à l’hôtel, on décharge, puis bar et buffet.

De l’importance du briefing !

Un conseil, écoutez toujours bien les briefings. J’avoue, je l’ai fait un jour d’une oreille distraite ce qui fait que ma binomette et moi sommes sortis sous le parachute à 500 bon mètres du bateau. Nous avons ainsi pu expérimenter le remorquage par le zodiac de sécurité. Nous avons été accueillis à bord par les moqueries et les bons mots de nos chers amis du club… Un certain sentiment de honte nous avait envahi.

Heureusement, l’après-midi même, d’autres ont battu notre record. En effet, ce sont 7 plongeurs et plongeuses que le zodiac a ramenés soit à bord soit à la remorque. Ils sont juste sortis du mauvais côté de la petite île… Par pudeur je ne donnerai pas de nom, je ne voudrais pas embarrasser le président, le président d’honneur, le responsable de la formation, la trésorière, etc. Côté, honte, en ce qui me concerne, ça allait nettement mieux !

La convivialité

Patricia et Bruno nous ont organisés, tous les soirs, sur la plage, quand le temps le permettait, un apéritif de première classe. Ils ont même réussi à nous trouver une salle le soir où il a plu. Ces moments de convivialité sont irremplaçables et participent pleinement à un voyage club réussi

Le retour

Les meilleurs choses ayant une fin, il a bien fallu se résoudre à reprendre le bus pour rentrer. Toujours dans une excellente ambiance, même si la fatigue (et quelques excès pour certains (es)) a fait que la somnolence a rapidement calmé les ardeurs.

Au moment de se dire au revoir sur le parking de l’autoroute, une seule question fusait : « on y retourne bien dans deux ans hein ? »