Archive dans octobre 2018

Daedalus : A la rencontre des requins-marteaux

Certains sites de plongée font immanquablement rêver les plongeurs. Des noms qui reviennent et qui sont partagés entre initiés, comme une promesse de trésors fantastiques. Daedalus Reef en fait partie.

Situé au milieu de la Mer Rouge, entre Egypte et Arabie Saoudite, ce petit récif isolé (environ 400 m de longueur pour 100 m de largeur), se rejoint après de nombreuses heures de navigation. C’est au mois d’octobre 2018 que je m’y suis rendu, au cours d’une croisière plongée « BDE » (îles Brothers, récif de Daedalus, et récif d’Elphinstone). La première vue sur le récif est impressionnante : nous sommes au milieu de la mer, et son phare bicolore blanc et noir se détache nettement de l’horizon. Le 1er phare (1863) a été construit par des français ! Il est maintenant occupé par des militaires, qui s’amusent de la présence de touristes, et leurs vendent des T-shirts.

La plongée est très simple : mise à l’eau à partir des semi-rigides, sur la face Nord du récif, celle exposée au courant, et palier de désaturation contre le tombant. Aucun difficulté d’orientation, ma palanquée et moi-même avons prévu de rester dans une position fixe, à -40 mètres de profondeur. La principale règle de sécurité spécifique à ce spot est répétée plusieurs fois par Ali, notre guide de plongée égyptien : Ne jamais perdre de vue le tombant. En effet, le courant reste fort, et peut entraîner au large rapidement un plongeur.

Les premières minutes s’écoulent lentement. Le tombant Nord est vertigineux (environ 80 mètres), mais déborde moins de faune et de flore que d’autres spots. Cependant, au bout de 5 min, une ombre apparait à 10 mètres sous ma palanquée : un requin gris de récif passe furtivement juste en-dessous, sans s’attarder. C’est déjà un bon début ! Les minutes continuent de s’écouler, et par 40 mètres de fond, il est facile de se laisser hypnotiser par le grand bleu du large. Quand soudain des mouvements de bras d’autres plongeurs donnent le signal : des requins-marteaux sont en train d’apparaître ! 1, 2 puis 3… je dénombre une douzaine d’individus au total, tournoyant autour de nous !

Les requins-marteaux passent de plus en plus près des plongeurs, parfois juste à quelques mètres. Avec un point de vue anthropocentré, il est facile d’imaginer de la curiosité de la part de ces animaux envers nous. En réalité qui sait quel comportement les anime ? Alors que le spectacle continue, une raie-manta, majestueuse, traverse notre palanquée. Quelle sensation !

Les requins s’éloignent maintenant. Et la pression de Nitrox restante dans nos bouteilles sonne le signal de la remontée. Quelques minutes de paliers de désaturation plus tard, nous émergeons hors de l’eau, les yeux brillants, convaincus d’avoir vécu un moment unique.

C’est pour vous si :

  • Vous aimez les requins,
  • Vous ne craigniez pas le grand bleu, ni la profondeur,
  • Vous êtes N2 confirmé minimum