Archive dans avril 2009

Stage Environnement et Biologie Subaquatiques 2009

Un stage Sensibilisation à la biologie d’eau douce, destiné en priorité aux plongeurs du sud de la région Est de la FFESSM, aura lieu du 18 au 20 septembre 2009 à Neuchâtel (Suisse), encadré par la Ligue de Franche-Comté et organisé par la CDEBS – Commission Départementale d’Environnement et de Biologie Subaquatiques – du département du Doubs.

Vaumarcus

Le programme, ci-joint, comprend 2 ou 3 plongées (dont une plongée de nuit) avec prélèvements d’échantillons et leur étude en salle.

Des projections de films et diverses présentations permettront à tout plongeur de mieux connaître et mieux protéger le milieu dans lequel il évolue.

26 places maximum en 4 dortoirs dans une même maison à Vaumarcus – le Camp.

80 euros pour 2 nuits avec petits déjeuners et 3 repas

+ gonflage.

Les inscriptions, accompagnées du règlement, seront acceptées dans l’ordre d’arrivée.

Commission bio 25

Elles sont à adresser à :

Michel KUPFER

19 Grande Rue

25410 FERRIERES-LES-BOIS

Tél : 06 75 87 21 32

Biologie Neuchâtel 2009

« Le Camp » à Vaumarcus

Assemblée générale jeudi 25 juin

Rendez vous le jeudi 25 juin 2009 à 19 heures précises au local V.I.P du B.R.C situé 18, rue de Trépillot à Besançon.

Ordre du jour

Accueil et mot du Président
Rapport des responsables FORMATION N1
Rapport des responsables FORMATION N2
Rapport des responsables FORMATION N3 N4
Rapport du responsable FORMATION INITIATEUR
Rapport du responsable TECHNIQUE
Rapport du responsable APNÉE
Rapport du responsable INTERNET
Rapport financier du trésorier et approbation des comptes
Questions diverses
Projets saisons 2009/2010

La présence de tous les adhérents est souhaitable.

Le verre de l’amitié sera servi à l’issue de la réunion.

Flore et faune de Méditerranée, Carry N1 2009

 

Un temps superbe, pour ce stage niveau 1 organisé à La Vesse et Carry (sur la Côte Bleue).

Un cadre fort sympathique de calanques et une mer suffisamment claire (pas trop chaude : 14°) nous ont permis de découvrir les quelques espèces courantes de Méditerranée.

Prairie de posidonies

Codium en boules

Dictyote et monnaie de Poséïdon

Padine

 
Asparogopsis, harpon de Neptune

 

 

Eponge jaune

 


Anémone encroûtante jaune

 

 

Anémone verte

Corail rouge

Goirgone jaune

Gorgone blanche

Alcyon encroûtant





Ascidie rouge et oursin noir

 

 

 

Concombre de mer ou holothurie

Etoile de mer rouge

Etoile de mer épineuse

Marthastérias, asthérie à gros piquants

Oursin violet

Oursin brun, comestible

Spirographe

Planaire rose

Doris dalmatien

 

 

Poulpe

 

 

 

Un autre poulpe

Seiche au repos

Triptérygion jaune

Serran chevrette

Banc de saupes

Sar à tête noire

Visite de l’aquarium de la Citadelle de Besançon

Samedi 18 avril 2009

sous la conduite de Mickaël BÉJEAN, responsable Aquariologie Muséum de Besançon et de Michel KUPFER responsable CDEBS et vice-président de la CREBS de la FFESSM.

Nombre maximum : 20 participants.

Rendez-vous à 14 h devant la porte d’entrée de la Citadelle.

Inscriptions à faire auprès de Michel KUPFER.

Du nouveau chez les écrevisses

Mardi 21 avril 2009 – 20 h 30 conférence

UFR des Sciences et Techniques, Amphi A à la Bouloie

par Mickaël BÉJEAN Responsable Aquariologie Muséum de Besançon,

avec la participation de Pierre DURLET Coordinateur du programme LIFE et de Patrick GINDRE de l’ONEMA

En Franche-Comté, les populations d’écrevisses autochtones régressent fortement depuis des années en raison des activités humaines toujours plus pressantes. Le phénomène est aggravé par l’invasion de nouvelles espèces d’écrevisses.

affiche_Bejean.pdf

Ce constat alarmant est le résultat d’une part, d’une mauvaise identifi cation des différentes espèces et d’autre part, d’une méconnaissance des exigences particulières des écrevisses à pattes blanches (Austropotamobius pallipes) et des écrevisses à pattes rouges (Astacus astacus), les seules écrevisses indigènes encore présentes dans notre région.

Mickaël Béjean précisera les différents critères de détermination simples permettant à chacun d’identifier rapidement toutes les espèces françaises et rapportera les dernières connaissances acquises au Muséum d’histoire naturelle de Besançon sur la reproduction et les exigences des écrevisses autochtones en captivité.

Enfin, seront évoqués les moyens mis en œuvre pour sauvegarder les populations d’écrevisses à pattes blanches encore existantes et les enjeux de ces programmes de conservation.