Archive dans mars 2008

Un peu d’histoire

Mars 1970

L’envie de créer un club de plongée sous marine trotte dans l’esprit d’une personne depuis quelque temps.

Pour ce faire elle décide de recenser les gens pratiquant des activités subaquatiques et propose aux magasins de sports de la ville une affiche et un cahier où les futurs plongeurs pourront s’inscrire.

Bascule arrière

Début septembre, le ramassage des copies a lieu et, surprise, il y a une centaine de noms et adresses. Tout ce petit monde est convoqué à une réunion au Palais Granvelle.

Environ 80 personnes sont présentes. Cela va du plongeur au chasseur, en passant par le spéléo, le nageur et bien sûr le curieux.

On fait connaissance, et on parle du projet de mise en place d’un club, on recherche les moyens pour y arriver.

Après bien des discussions, un nom est trouvé, ce sera :

Aqua Sport Comtois

Jacques Fabre qui est l’instigateur de cette idée sera le père fondateur du Club et également son 1er président.

Le plus difficile reste à faire.

En effet, beaucoup de travail en perspective : il faut trouver une piscine pour les entraînements, penser aux statuts, au règlement intérieur, s’affilier à une Fédération, se déclarer en préfecture, au Journal Officiel, demander les agréments à Jeunesse et Sports, ouvrir un compte, une boîte postale, établir le prix de la cotisation, prévoir l’achat de matériel en faisant des demandes de subventions à la ville, au département, à la région

Il faut également trouver les endroits où plonger, des moniteurs pour la formation des futurs plongeurs…

Bref comme vous pouvez le lire, tout cela est des plus simples.

Saut droit

Pour la piscine, comme Besançon n’est pas d’accord, ce sera les mardis soirs de 21~h~15 à 22~h~15 à la piscine de Belfort, grâce à l’Aqua Club de cette ville qui à la bonté de nous accueillir contre la modique somme de 120~F par an. Mais cette solution trop contraignante sera abandonnée.

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19

Plonger à 1850 m d’altitude

Niché dans un paysage alpin blanc scintillant quand il fait beau mais dantesque quand il fait mauvais, affichant une profondeur de 40 mètres, le Lac Lioson à 1850 mètres d’altitude, au pied du Pic Chaussy, est un grand classique de la plongée sous glace en lac de montagne.

Le Pic Chaussy

On parle de lac de montagne lorsque l’altitude est supérieure à 700 mètres au dessus du niveau de la mer.

sous la neige un lac

La visibilité y est souvent très bonne et on peut y croiser de belles truites. Les couleurs et la lumière sont du plus bel effet à travers la glace lorsqu’on plonge sur le dos.
Les habitués de ce style de plongées inventent toutes sortes de jeux en tirant profit de l’épaisse couche de glace.

se laisser couler

une fenêtre vers le ciel

A l’arrivée, le gardien de la cabane vient chercher le matériel en ratrack depuis le Col de Mosses à 1445 mètres. La montée au lac peut ainsi se faire sans charge, à pied, à skis ou en raquettes à neige. Petit échauffement pour un dénivelé de 405 mètres.

montée à skis ou raquettes

De telles conditions de plongée sont extrêmes et il est indispensable de bien maîtriser sa combinaison étanche. Il faut s’équiper de deux détendeurs qui ne givrent pas, d’un ordinateur ou d’un profondimètre qui puisse être étalonné à l’altitude du lac (tables de plongée 701 m – 2500 m).

La sécurité est assurée par les groupes de plongeurs eux-mêmes.

assurer la sécuritéun dernier contrôle

L’altitude supérieure signifie la pression atmosphérique diminuée avec pour conséquences:
– la courbe de sécurité plus courte
– les paliers de décompression à 9 m, 6 m, 4 m, 2 m
– les paliers de décompression plus longs

Le facteur psychologique (nuit et toit de glace) est aussi à prendre en considération.

Entre les plongées de jour ou de nuit laissées au libre choix de chacun, le gardien de la cabane reçoit les visiteurs pour les repas et les nuits en dortoirs.

Accueil sympathique et bonne ambiance garantie !

Niveau 2

Responsable : François, Michel

Le Niveau 2 permet d’accéder à des profondeurs plus importantes et à une autonomie relative en milieu naturel. Il s’adresse à des plongeurs ayant acquis un minimum d’expérience après leur Niveau 1 (quelques plongées en situations variées).

L’âge minimum pour le niveau 2 est 16 ans (autorisation du responsable légal pour pour les moins de 18 ans).

Vous aurez alors, le bonheur de découvrir avec un grand plaisir le milieu subaquatique et de voler avec les poissons.

Il faut :
– avoir une licence FFESSM en cours de validité,
– être titulaire du niveau 1 de la FFESSM ou d’un brevet ou d’une attestation admise en équivalence,
– posséder un certificat médical de non contre-indication à la pratique de la plongée subaquatique établi depuis moins de 1 an, délivré par un médecin fédéral ou titulaire du C.E.S. de médecine du sport, médecin hyperbare ou médecin de plongée.

Que peut faire un Niveau 2 ?

Quelles sont ses prérogatives ?

Gorgones sur tombant
Autonomie dans l’espace de 0 à 20 mètres.
Sur décision du directeur de plongée, il peut évoluer avec un ou deux plongeurs de même niveau que lui, sans encadrement.
Accès encadré à l’espace de 20 à 40 mètres).
Encadré par un guide de palanquée de Niveau 4 au minimum, le Niveau 2 possède les qualités suffisantes pour s’intégrer dans une palanquée de 4 personnes au maximum.

C’est un niveau qui te permettra d’effectuer la plupart des plongées dans toutes les mers du monde.
__rien.png__

La formation comprend :

– des séances préparatoires en piscine toute les semaines le mercredi soir et une fois sur deux le jeudi.
– des cours théoriques (6 à 8) organisés dans notre local.
– des plongées de formation, assurées tous les 15 jours le dimanche, soit en fosse à Dijon, soit en milieu naturel, au lac de Malbuisson ou de Neuchâtel, et lors de 2 sorties en mer (3 plongées) en octobre et avril (voir le calendriers des sorties en milieu naturel),

La formation débute en septembre et se termine lorsque le candidat a validé l’ensemble des compétences requises.

Séances piscine :
– le mercredi, nage avec palmes (perfectionnement, endurance), apnée dynamique et statique, inspiration et expiration,
– le jeudi, bouteille, exercices techniques au fond de la piscine.

Cours théoriques :
– règlementation, notions physiques, prévention des accidents relatifs à la plongée, les procédures de décompression (tables et ordinateurs), le matériel, principes de l’autonomie (voir aussi les cours téléchargeables en pdf).

Sorties lac :
– le dimanche, exercices techniques en scaphandre selon les possibilités d’encadrement et la motivation des plongeurs.

Sortie mer :
– au mois d’octobre et d’avril, sur un Week-End, perfectionnement, mise en situation, validations des compétences pratiques en scaphandre selon le niveau de progression des plongeurs.

Qualification Nitrox :
– incluse dans la formation N2, 1 cours théorique spécifique et 2 plongées au Nitrox, qui seront réalisées pendant la formation N2.

La formation est assurée par l’équipe pédagogique, en fonction de la présence et la disponibilité des différents intervenants. Le suivi de la progression de chacun est assuré à l’aide d’une fiche individuelle que chaque élève tiendra à jour (à télécharger ci-dessous). L’évaluation finale du niveau 2 est faite par un moniteur fédéral (MF1).

Après l’obtention du niveau 2 une carte double face (Niveau 2 FFESSM et équivalence internationale plongeur deux étoiles CMAS) est délivrée.

Le niveau 2 te permet par la suite de :
– faire de superbes plongées partout dans le monde, dans les limites de tes nouvelles prérogatives
– découvrir sereinement toutes sortes d’activités subaquatiques comme la photo, la biologie, la spéléologie ou l’archéologie …
– progresser vers d’autres niveaux comme les brevets Nitrox, le niveau 3, l’initiateur (E1), ou même le niveau 4 pour les plus motivés.

Responsable : François, Michel


Document à télécharger
contenu N2 2011
Document à télécharger
Fiche de suivi pratique N2

Eponges tubulaires