Archive dans janvier 2008

Au bord du lac St Point

Le charmant petit village de St Point Lac se situe à 15 km de Pontarlier sur la rive Ouest du lac auquel il a donné son nom.

En hiver, les cygnes, les foulques macroules et les canards colverts se rapprochent des plages pour mendier quelques croûtons aux promeneurs.

Espace de calme et de tranquilité
Cygnes au lac St point
Plage à St Point Lac en hiver
Barques et roseaux
Foulques macroules
T'aurais pas un croûton ?

Le week-end de plongée, riche en émotion !

Lors du week-end du 15 décembre 2007, le club a organisé deux plongées pour les fêtes de fin d’année, une plongée de nuit pour les plus courageux et une le lendemain matin.

La température extérieure au lac ne dépassait pas les 0°C et a atteint les -14°C en pleine nuit, il faisait donc plus chaud dans l’eau puisqu’elle était à 4°C.

Pourtant il n’y a pas eu beaucoup de bulles cette nuit là, peu de plongeurs se sont mis à l’eau. Il faut dire qu’avant de plonger, les plongeurs ont dû se déshabiller dehors (nous n’avions pas le local). Il y a eu de nombreux problèmes de matériel, principalement pour la plongée du dimanche, à cause du froid. Le problème le plus fréquent étant bien sur la fuite du détendeur. Une fois les plongeurs immergés, ils ont eu la visite de quelques amis. En effet, selon une source sure, (qui ne l’était plus après l’apéritif) des brochets sont sortis de leur cachette et sont venus chatouiller les palmes de quelques plongeurs.
La plongée de nuit n’a pas duré longtemps, en moyenne une quinzaine de minutes.

Aprés le froid le réconfort, grâce à Brigitte, nous avons pu passer la soirée dans un chalet situé à La Planée, à environ 5 kilomètres du lac. L’apéritif s’est déroulé dans la bonne humeur avec un seul slogan : « alcool à volonté ! »
Pour fêter Noël rien ne vaut de bonnes bouteilles !
Au menu de cette soirée, une fondue savoyarde qui aura fait beaucoup parler d’elle. Pour la définir en un mot : surprenante.
La préparation de la fondueLa dégustation de la fondue

Après le repas, les DJ Eric et David ont mis une ambiance de feu dans le chalet. Nous avons pu découvrir une facette cachée de certains plongeurs.
Une vraie boîte de nuit !

La soirée s’est terminée aux alentours de cinq heures du matin pour se lever 4 heures plus tard. Il y avait de belles têtes à voir !

Dimanche matin, nous sommes redescendus au lac, heureusement nous avions le local et nous avons donc pu nous équiper au chaud. Toutefois, le matériel de certains plongeurs n’a pas supporté le froid, les détendeurs ont givré. J’ai pu assister pour la première fois à une remontée assistée. René ayant givré, il est remonté sur le détendeur de secours de Patrice.

Les brochets ne sont pas venus nous tenir compagnie, ils étaient certainement en train de dormir, trop fatigués de la soirée qu’ils avaient passés.

De retour au chalet, l’apéritif a été de nouveau servi. Nous avons eu le droit à un repas de fête avec des huîtres, du saumon, des toasts au foie gras et des crevettes. Puis est venu le moment de nettoyer la salle, le chalet devant être rendu pour 16h30. La salle propre, nous nous sommes dit au revoir et promis de recommencer l’année prochaine !

Le temps des

Bilan de cette soirée : des bouteilles vides et du sommeil a rattraper.

10ème salon de la plongée

Avec ma môman, je suis allé au 10ème salon de la plongée à Paris.

On y a rencontré Michel qu’on a poursuivi sans succès avant de sortir du salon.

On a rempli plein de bulletins pour gagner du matos de plongée et des voyages et on attend toujours.

Il y avait :

– des stands qui proposaient des voyages de rêves qui m’étaient inconnus mais ces paradis sont pour la plupart très chers.

Stand de la PolynésieLes danseurs nous invitent au voyage

– des représentants de grandes marques de matériels de plongée (combinaisons, stabs, vidéos-photos, détendeurs, ordis…) et tout cela dernier cri à prix cassés.

– des congrès sur les molécules pharmaceutiques provenant de la mer (très intéressant), sur les incroyables rencontres entre l’homme et les magnifiques créatures des mers comme les requins-baleine, les dauphins… jusqu’aux plus petites espèces multicolores, tout ce beau monde nous offrant des spectacles inoubliables.

– des stands sur les clubs de plongée sur la méditerranée et l’atlantique~: ça nous a permis de découvrir qu’il n’y a pas besoin d’aller loin pour se faire plaisir et profiter de la magnificense du grand bleu (que c’est beau, mais à 6 h de route minimum).

– un stand de bijoux qui n’avait rien à faire là.

– des stands de formations pour devenir BEES ou MF (mais je suis trop jeune, bouhou…)Beaucoup de monde autour de la piscine

– une piscine de 300 m2 pour faire des baptêmes et de la nage avec palmes masque et tuba (pmt).

On pouvait y tester les pitis moteurs ou c’est qu’on a pas besoin de palmer pour avancer et essayer les recycleurs.

– des expositions et des concours de photos sous-marine sublimes.

Je conseille (et ma môman aussi) à tout le monde de venir au 11ème salon de la plongée car il y a tous les ans de nouvelles destinations à découvrir, de bonnes affaires à faire et d’amener son propre casse-croûte car le restaurant du salon est très cher.

J’y retournerai l’année prochaine et j’espère y retrouver Michel au magnifique grand stand de la FFESSM qui illuminait le salon par sa présence.

Etranges truites dans le lac de Neuchâtel

Les cantons riverains du lac ( Neuchâtel, Vaud, Fribourg ) prennent la chose très au sérieux. Les pêcheurs professionnels affirment que des truites d’élevage se sont enfuies d’une pisciculture et menacent les caractéristiques génétiques de l’espèce indigène du lac de Neuchâtel.

La truite commune de nos régions

A ce stade des recherches, personne n’est incriminé, mais pour le pêcheur interrogé, le fait que ces truites ont toutes la queue mordillée, est une preuve qu’elles ont vécu en concentration, dans un espace confiné. Il considère également que ces salmonidés ne sont pas de la même souche que les truites indigènes qui ont la chair rose alors que celles-ci sont plus blanches et sentent différemment.

Plusieurs pêcheurs sortent chaque jour une dizaine de truites d’environ deux ans en pêchant la palée du bord. Selon eux, si ces truites restent au bord du lac c’est qu’elles ne connaissent pas leur milieu. Mais alors d’où viennent-elles?

D’entente avec les deux autres cantons concernés, le Service neuchâtelois de la faune a procédé aux analyses d’un chromosome de truites sauvages du lac. Des analyses comparatives seront également réalisées avec des spécimens mis à disposition par les pêcheurs et si possible avec des truites de la ferme piscicole de la région, car tous les doigts pointent vers elle !

La ferme piscicole régionale

Les truites de l’élevage

Le patron de la pisciculture de son côté n’exclut pas qu’il ait pu perdre l’un ou l’autre spécimen lors de manipulations, mais il conteste énergiquement que des centaines, voire des milliers de truites se soient échappées de leur enclos.

Il propose sereinement de comparer l’ADN des truites !

Des anguilles en janvier

Ce 9 janvier 08 il fait nuit et froid lorsque quelques inconditionnels se préparent pour la plongée club du mercredi soir.

Nous nous mettons à l’eau dans l’Areuse qui se jette dans le lac de Neuchâtel. Le courant de la rivière est plutôt fort ces jours et nous emporte rapidement vers l’embouchure. Seuls nos phares trahissent notre présence. Nous dépassons quelques bateaux amarrés, regardons le ciel noir étoilé et sentons tout à coup la nécessité de palmer pour contrer les vagues venant du large se mêlant au courant de la rivière sortante.

L’Areuse se jette dans le lac de Neuchâtel

Descente au bleu à 40 m et après quelques minutes nous voyons une magnifique anguille pressée de s’enfouir dans la litière végétale déposée au fond de l’eau. Un peu plus tard une deuxième anguille ondule en remontant la pente puis une troisième se faufile entre nous pour aller s’abriter dans la couche de feuilles mortes.

Une anguille dans la litière de feuilles

Magie d’une très belle plongée de nuit hivernale qui nous offrira encore quelques beaux brochets et une véritable nursery de jeunes lottes.

Jeune brochet à la limite de l’herbier (4 à 5 m)

Qui disait qu’il n’y a rien à voir dans le lac en hiver ?

Vente de matériel

Le matériel d’occasion proposé à la vente est sous la responsabilité exclusive des adhérents, l’ASC n’assurant qu’un service gratuit de publication.

Le prix proposé est sans les frais de port.

Le vendeur et l’acheteur se mettront en relation pour convenir du prix et du mode de livraison.

Comment rédiger son annonce : Service des petites annonces


Ordinateur de Plongée Gekko

annonce du 18/04/08 réf : 0804001

Ordinateur de Plongée

GEKKO 15 Plongées, très bon état, avec vitre de rechange.

Prix proposé : 150 €

Contact : Denis


botillons

annonce du 14/11/10 réf : 1011001

Bottillons à semelles

Bottillons à semelles Aqualung, modèle « polarzip », 5 mm d’épaisseur, semelle souple antidérapante, surmoulage en caoutchouc orteils et coup de pied, zip avec rabat d’étanchéité, plush intérieur, rebord d’arrêt de sangle de palme. Taille 45. Comme neuf (servi une seule fois)

Prix proposé : 30 €

Contact : Philippe


A propos

Qui sommes-nous ?

Créé en 1971, l’Aqua Sport Comtois est un des plus anciens clubs associatif de plongée de la région. Il est affilié à la Fédération française d’études et de Sports Sous-Marins – FFESSM.

L’ Aqua Sport Comtois
– assure la formation de plongeurs tous niveaux et d’initiateurs. Ses activités principales sont la plongée en scaphandre et la pratique de l’apnée.

Les entraînements ont lieu à la piscine Mallarmé de Besançon et dans les lacs jurassiens.

Les cours théoriques complètent la formation des plongeurs.
– organise des voyages plongées en mer en France et à l’étranger.
– dispose de tout le matériel nécessaire à la pratique de la plongée : compresseur, gonflage air et Nitrox, bouteilles, détendeurs, gilets de sécurité, combinaisons, etc., le tout mis à la disposition des adhérents.
– possède :

    • un local technique et de réunions à Besançon,
    • un véhicule Citroën C25D spécialement équipé pour le transport du matériel,

Le C25D du clubAménagement intérieur

Pour découvrir la plongée :
L’ Aqua Sport Comtois organise des baptêmes de plongée pour enfants à partir de 8 ans et adultes.

Je réserve un baptême

Pour devenir plongeur, obtenir un niveau :

En adhérant, vous pourrez suivre des cours qui correspondent à votre niveau et à vos objectifs. Les compétences à atteindre pour chaque niveau de plongée sont définis par la FFESSM.

Pour simplement pratiquer la plongée :

En adhérant, vous pourrez poursuivre votre entraînement en fonction de vos objectifs, bénéficier du soutien des moniteurs et des matériels du club (blocs, stabilisateurs…), participer aux sorties et aux voyages.

J’adhère à l’Aqua Sport Comtois

Fonctionnement des publications :

Documents textes, sonores, vidéos, photographies :

Toutes les photographies, images, dessins, vidéos, documents sonores, documents textes publiés sont soit l’oeuvre des auteurs et disponibles pour un usage non commercial, soit de sources autorisées, soit du domaine public.

Toute reprise d’article ou extrait d’article devra inclure une référence à l’Aqua Sport Comtois – Besançon – Franche-Comté. Un lien vers notre site est très apprécié www.aquasportcomtois.fr

Si nous avons publié par erreur un document d’une source réservée, veuillez nous en informer, nous le retirerons immédiatement.

Liens :

Nous acceptons d’inscrire des liens vers des sites dont les contenus apportent une information complémentaire à notre activité ou qui ont placé un lien vers nous.

Modérateur :

Le forum et les articles sont modérés a priori. Un modérateur est susceptible de supprimer, préalablement à sa diffusion, toute contribution qui ne serait pas en relation avec le thème de l’article concerné, la ligne éditoriale du site, ou qui serait contraire à la loi.

Le fil RSS

Pour être tenu informé automatiquement

des dernières nouvelles du site :

Le standard RSS représente un moyen d’être tenu informé des nouveaux contenus d’un site web, sans avoir à le consulter.

Le fichier RSS, appelé également flux RSS, canal RSS ou fil RSS, est maintenu automatiquement à jour pour contenir les dernières informations à publier.

Pour pouvoir exploiter un fil RSS, un utilisateur doit disposer d’un outil spécifique, appelé «lecteur RSS» ou encore «agrégateur RSS», afin d’exploiter les fils RSS.

Ainsi, il est possible de consulter en un seul endroit les dernières actualités de sites web, sans avoir à les visiter.

Il existe de nombreux intégrateurs.

Nous citerons en logiciels libres :

Le navigateur Firefox qui permet de s’abonner à un fil RSS et d’afficher les actualités via ses menus déroulants :
Firefox

http://www.mozilla-europe.org/fr/products/firefox/

Le client de messagerie Thunderbird permet d’exploiter les fils RSS et de les afficher comme du courrier :
Thunderbird

http://www.mozilla-europe.org/fr/products/thunderbird/

Comment s’abonner

au fil RSS des dernières nouvelles de l’ASC :

Sur votre navigateur :

feed.pngIl suffit de cliquer sur cette icône qui se trouve en bas de chaque page. Si votre navigateur le permet, un abonnement au flux RSS vous sera proposé.

Pour vous abonner aux dernières nouvelles de l’ASC, saisissez dans la barre d’adresse l’URL du flux RSS des brèves de l’Aqua Sport Comtois.

Pour Thunderbird : Il faut configurer la messagerie.

  1. Allez dans le menu « Outils / Paramètres des comptes ».
  2. Cliquez sur le bouton « Ajouter un compte » dans la boîte « Paramètres des comptes ».
  3. Dans l’assistant de création de compte :
    • Cliquez sur « Nouvelles RSS et Blogs » puis sur Suivant.
    • saisissez « Aqua Sport Comtois» dans le champ « nom du compte » et cliquez sur suivant.
    • cliquez sur « Terminer »
  4. Vous êtes de nouveau sur la boîte « Paramètres des comptes ».
  5. Cochez les 2 cases « Vérifier les nouveaux articles toutes les xx minutes… ». et vérifier les nouveaux articles au démarrage.
    Cliquez sur le bouton « Gérer les abonnements… »
  6. La boîte « Abonnements RSS » s’affiche. Cliquez sur le bouton « Ajouter ».
  7. Dans le champ « URL du fil » saisissez l l’URL du flux RSS des brèves de l’Aqua Sport Comtois.

    puis cliquez sur OK.

    Thunderbird vérifie la validité du fil RSS et l’installation est terminée.

URL du flux des brèves de L’Aqua Sport Comtois

Cette URL[[Une URL, de l’anglais Uniform Resource Locator, est une chaîne de caractères (codé en ASCII, utilisant l’alphabet anglais, ce qui signifie qu’aucun accent n’est autorisé) utilisée pour adresser les ressources du World Wide Web : document HTML, image, son, forum, boîte aux lettres électronique, etc. Elle est informellement appelée une adresse Web.source Wikipédia]] est fonctionnelle mais provisoire tant que le site n’est pas ouvert au public ; le login et le mot de passe général d’accès au site sera demandé. Vous pouvez copier/coller l’URL ci-dessous.

http://www.aquasportcomtois.fr/spip.php?page=backend-breves

Sur les pas de Darwin

Visites terrestres

Après un premier voyage terrestre en avril 2005 et deux longues années de préparation, deux années, aussi, pour obtenir un niveau suffisant de plongée pour certain(e)s… cinq membres du club ont pu enfin réaliser ce merveilleux voyage.


Agrandir le plan
Des îles perdues dans le Pacifique

Carte des Iles Galapagos (Ecuador)
__rien.png__
L’arrivée se fera à Baltra (l’aéoport des îles), le 6 novembre 2007. L’aventure commencera par une journée de visites terrestres sur l’île de Santa Cruz

Une tortue terrestre
__rien.png__
Rien ne les dérange...
__rien.png__
Un pinson de Darwin
__rien.png__
Un iguane terrestre à la Station Darwin de Porto Ayora
__rien.png__
Cette otarie fréquente le marché aux poissons de Porto Ayora
__rien.png__
Pélican en observation sur un palétuvier
__rien.png__
Puis ils embarqueront sur le Daphné pour une croisière de 7 jours et 17 plongées à la découverte de ce petit archipel volcanique appartenant à l’Equateur Ecuador, perdu dans le Pacifique (voir article croisière).

A leur retour de croisière, deux visites terrestres, enfin autorisées, permettront de nouvelles découvertes.

Un iguane marin
__rien.png__
Otaries pendant la sieste
__rien.png__
Un lézard des laves
__rien.png__
Un curieux crabe
__rien.png__

Un risque peut en cacher un autre!

Ce dimanche d’août, nous avons décidé de plonger en étanche. Nous sommes trois et avons planifié une ballade maintes fois réalisée, d’une profondeur de 50 m maximum et d’une durée de 50 min.

Après le traditionnel café sur la terrasse de la plage de Boudry, nous nous équipons sur le parking situé à quelques dizaines de mètres du lac de Neuchâtel.
Un peu plus tard au bord de l’eau lors du contrôle de l’équipement, je constate que j’ai laissé mon masque sur le parking. Mes binômes doivent patienter et cela me contrarie.

Le départ de la plage de Boudry

Au moment de la mise à l’eau, nouvel imprévu, de grosses bulles signalent que l’inflateur fixé à ma combinaison étanche fuit. Malgré cet incident, je décide de ne pas renoncer à la plongée, mais dans ma tête s’inscrit le souci de la fuite d’air.

Mon inflateur fuit Cette fuite me rend soucieuse

Mon binôme ferme alors le robinet sur lequel est fixé l’inflateur de la combinaison étanche. Une seule sortie suffira et je m’équilibrerai avec le gilet uniquement. Mon binôme insufflera de l’air à ma demande lorsque la pression deviendra inconfortable.
A 10 m, puis 20, 30, 40 m de profondeur, il m’injecte de l’air. Excellent exercice, tout va bien.

A plus de 40 m dans les eaux du lac de Neuchâtel

A 48 m, juste avant d’entamer la remontée, je regarde le manomètre :

il indique 0 bar ! Je n’ai plus d’air !

Il affiche désespérément

Les yeux écarquillés, je fonce montrer le manomètre à mon binôme qui me tend immédiatement son détendeur de secours. J’inspire à fond mais je bois la tasse. Je reprends mon détendeur qui me donne encore de l’air puis refais une tentative sur son secours. Je rebois la tasse.

Que se passe-t-il donc ?

J’ai pourtant fait cet exercice maintes fois. Je suffoque puis reprends mon détendeur qui donne toujours de l’air. Je peine à reprendre mon souffle, je m’efforce de ralentir ma respiration. Je cherche à clarifier mes idées, le manomètre est-il hors d’usage ?
_Je fais signe de vouloir remonter le long de la pente mais mon binôme me retient fermement au fond et me montre le cadran qui tout à coup indique 120 bar. Je ne comprends pas mais je vois que j’ai de l’air.

Nous entamons enfin la remontée et j’ai envie d’accélérer. A ce moment je capte son regard menaçant qui en dit long sur l’intensité du moment. Nous sommes encore à plus de 40 m et à chaque inspiration je m’attends à la panne d’air. Mon manomètre signale à nouveau 0 bar. Un détail technique m’échapperait-il ?

A 25 m je me détends enfin et le raisonnement redevient possible.

Maintenant tout s’éclaircit, c’est si simple après coup. Nous revenons tranquillement par l’herbier à 5 m. La plongée aura finalement duré 30 minutes.

L'herbier et ses habitants

Le troisième de palanquée resté spectateur attend des explications. Il a vu qu’il se passait quelque chose, mais quoi au juste ?

Dans l’eau, les pieds encore palmés, nous énumérons les facteurs à risque qui se sont enchaînés :
– Pour commencer, un stress anodin provoqué par l’oubli du masque qu’il faut retourner chercher et les copains de palanquée qui attendent.
– Puis, juste après, le constat de la pièce défectueuse, la fermeture d’un robinet qui marque dans ma tête la crainte du manque d’air et la dépendance à mon binôme afin d’en recevoir pour la combinaison étanche.
– Plus tard encore, l’ivresse des profondeurs qui engourdit mon esprit et le choc de voir le manomètre indiquer 0 bar.

Un fait important m’échappait alors : il indiquait 0 bar car il était fixé sur le robinet fermé ! Je n’étais plus non plus en mesure de comprendre que mon binôme avait ouvert puis refermé le robinet pour me montrer que j’avais bien de l’air. J’ai pris ensuite le détendeur de secours à l’envers et finalement j’ai suffoqué.

Pendant ma formation, j’avais appris qu’à chaque plongée il faut s’attendre à toutes les éventualités et qu’il faut à tout prix garder son calme. Voilà qui est vérifié!

Une heure après, sur le parking, notre plongée alimentait les conversations et le verre de blanc était particulièrement apprécié.